S O S DES CANTONNÉS FDLR : TOUTE UNE SEMAINE D’INANITION

12080894_1507227342922992_782011944_n
  • Views 616
  • Rating 12345

COMBATTANTS FDLR   DÉSARMÉS                                     KISANGANI     CE   10 MAI 2018.

ET CANTONNÉS AU CAMP LT GEN BAUMA

À  KISANGANI.

 

Après 7 jours d’inanition (depuis ce 04 Mai 2018) , nous les Combattants FDLR désarmés volontairement et Cantonnés avec nos dépendants au Camp Lt Gen BAUMA à KISANGANI ,lançons un nouveau cri d’alarme à la face du monde , particulièrement aux personnes éprises d’humanité et de respect des Droits et Libertés de la Personne Humaine , pour une plus ample prise de conscience du drame que nous endurons depuis ces 4 années de cantonnement.

La situation va spécialement de mal en pis depuis l’annonce de l’ULTIMATUM de notre rapatriement fixé, BON GRÉ MALGRÉ, au 20 Octobre 2018 tel que décidé par le Gouvernement RD Congolais : une aberration soutenue par la Communauté tant Régionale qu’Internationale.

En témoigne les propos de Mme DONATHA, conseillère politique de Son Excellence Mr DJINNIT, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies dans la Région des Grands Lacs lors de sa visite au cantonnement KISANGANI, accompagnée de représentants de la MONUSCO, de la CIRGL, de la SADC et du Gouvernement RD Congolais, en date du 25 Avril 2018.

Dans le domaine alimentaire, pour ne citer que celui-ci, nous sommes jusqu’ici acculés à vivre ,  comme tout et chacun peut le constater , très en dessous du strict minimum préconisé par les spécialistes en matière nutritionnelle. Ces quelques indices en disent  long sur cet état de choses : un seul repas par jour de 660gr par jour et par tête toutes denrées réunies (haricot : 50gr; sardines : 100gr ; farine de maïs : 150gr ; riz : 190gr ;  thé : 10 gr ; sucre : 5gr ; sel : 10 gr ; macédoine de légumes: 100gr ) sur lesquels nous devons grignoter presque la moitié pour la troquer contre ce que l’on ne nous donne pas : le bois de chauffage et l’huile de palme principalement. A tel enseigne que les adultes d’entre nous doivent s’imposer des journées entières de jeûne par semaine pour prévenir la malnutrition des catégories les plus vulnérables (enfants en bas âge , femmes enceintes , malades ,…) et pour pouvoir joindre les deux bouts.

Comme si cela ne suffisait pas pour nous faire suffisamment souffrir, on a complètement suspendu même le peu dont nous bénéficiions de la part de la MONUSCO pour notre pénible survie ! 7 jours d’affilés viennent de s’écouler depuis le 04 Avril 2018 et aucune lueur d’espoir semble pointer à l’horizon.

 Rappelons que le camp de KISANGANI héberge plus de 820 personnes dont ± 500 enfants mineurs, 140 femmes et 180 combattants désarmés.

Signalons en passant que le cantonnement FDLR de WALUNGU au Sud Kivu connaît une situation plus dramatique, depuis Août 2017, où la ration a été drastiquement réduite à 300gr par tête et par jour entier.

 

Comme nous nous en sommes toujours doutés, cette inanition, la même que nous avons subie en 2015 , s’inscrit dans une série de manœuvres macabres et préméditées dont le but est de nous contraindre à un rapatriement soi-disant volontaire via la DDRRR-MONUSCO , lequel rapatriement , est pour nous , une aberration et un suicide.

 

Fait à KISANGANI   Ce 10 Avril 2018.

Pour les Cantonnés de KISANGANI

Maj. Chapelle Faustin MUGISHA (Sé)

Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *