DÉNONCER LES ACTES TERRORISTES DU RÉGIME DE KIGALI ET RÉCLAMER LA JUSTICE POUR LES VICTIMES DES GÉNOCIDES ET AUTRES CRIMES GRAVES COMMIS PAR LE FONT PATRIOTIQUE RWANDAIS (FPR) DANS LA REGION DES GRANDS-LACS.

GVRR
  • Views 472
  • Rating 12345

LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS (Global Voice of Rwandan Refugees, GVRR), association qui a pour objectif principal de dénoncer les atrocités commises contre les réfugiés Rwandais et de faire entendre leur voix, suit avec un grand intérêt la situation qui prévaut dans la région des Grands-Lacs Africains depuis le 01 octobre 1990 et condamne fermement les menaces proférées ainsi que des actes terroristes menés par le régime de Kigali à l’encontre des acteurs des droits de l’homme et d’autres personnalités qui militent pour rétablir la vérité et réclamer la justice pour toutes les victimes des crimes commis dans la région depuis le 1er octobre 1990 jusqu’à ce jour.

LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS condamne avec la dernière énergie les menaces des agents du pouvoir de Kigali et plus particulièrement celles prononcées par le Général James KABAREBE, conseiller spécial du président Paul Kagame, visant à intimider le prix Nobel de la Paix, Dr Denis MUKWEGE, afin qu’il abandonne la demande qu’il ne cesse d’adresser aux Nations Unies de donner suite aux conclusions du Rapport Mapping publié en octobre 2010 qui qualifie les crimes perpétrés par le FPR contre les Congolais et réfugiés HUTU de  »crimes contre l’humanité, crimes de guerre, voire de génocide ».

LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS saisit cette occasion pour dénoncer la politique du régime rwandais d’intimidation, de harcèlement, d’incarcération et d’élimination de toute personne qui cherche à mettre en lumière les exactions commises par le FPR. Cette politique est farouchement défendue et mise en œuvre à travers les représentations diplomatiques où les ambassades sont transformées en forteresses pour les escadrons de la mort chargés d’assassiner les opposants au régime de Kigali. L’exemple le plus frappant est celui de l’ambassade du Rwanda en Afrique du Sud où trois diplomates Rwandais ont été expulsés d’Afrique du Sud en mars 2014 pour leur implication dans l’assassinat du colonel Patrick KAREGEYA. Les ambassadeurs qui se sont distingués dans cette sale besogne sont Mr Vincent KAREGA, actuel ambassadeur du Rwanda en RDC, Mr Jean-Claude NIKOBISANZWE, actuel ambassadeur au Mozambique et Mr Olivier NDUHUNGIREHE, ancien ambassadeur du Rwanda en Belgique. Mr KAREGA et Mr NDUHUNGIREHE furent les premiers à soutenir les propos du Général James KABAREBE menaçant le prix Nobel de la Paix Dr Denis MUKWEGE.

Il sied de rappeler que le cas du Dr MUKWEGE n’est pas isolé car d’autres personnalités ont été, par le passé, victimes de cette politique meurtrière. L’on peut notamment mentionner :

  • Archevêque MUNZIHIRWA MWENE NGABO, assassiné le 29 octobre 1996 à Bukavu par un commando de l’armée rwandaise. Celui-ci dénonçait avec force l’oppression du régime de Kigali et les abus du mouvement AFDL ;
  • Archevêque Emmanuel KATALIKO, mort empoisonné en 2001 suite à sa prise de position en faveur de la population qui était soumise à l’occupation et à la répression des armées rwandaise et ougandaise ;
  • Révérend Pasteur Christopher MTlKILA, Tanzanien, assassiné en 2015 à cause de ses révélations sur les activités criminelles de Kagame en vue de la création d’un empire HIMA-TUTSI dans la région de l’Afrique Centrale et Orientale ;
  • Maitre CHEBEYA BAHIZIRE, assassiné le 2 juin 2010 à Kinshasa ;
  • Dr MUKWEGE a échappé de justement à une tentative d’assassinat en octobre 2012 et le gardien de sa maison avait été abattu à bout portant ;
  • D’autres personnes qui ont fait l’objet de menaces ouvertes, intimidations et harcèlements sont : Mr Jakaya Mrisho KIKWETE, ancien président de la Tanzanie, menacé de mort ouvertement par le Président Kagame ; Mr Charles ONANA, journaliste ; Mme Judi REVER, journaliste ; Feu Pierre PEAN, journaliste ; Mme Carla Del PONTE, ancienne procureur du TPIR ; Mme Masako YONEKAWA ; Anjan SUNDARAM, journaliste ; Mr Fernando Andreu MERELLES, Juge Espagnol ; Mr Jean-Louis BRUGUIERE, Juge Français ; Révérend Pasteur MUKUNA; Révérend Pasteur KUTINO Fernando ; …
  • LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS félicite le gouvernement congolais pour sa décision d’ouvrir une enquête et de mettre en place des mesures devant assurer la sécurité du prix Nobel de la Paix 2018.

GVRR dénonce le comportement indigne de la communauté internationale d‘enterrer systématiquement tous les rapports commissionnés par l’ONU qui impliquent clairement les éléments du FPR dans les massacres. Parmi les rapports importants qui restent bloqués, l’on peut mentionner :

  • Rapport de GERSONY de 1994 s’est penché sur les massacrés (qualifiés de génocide) des HUTUS au Rwanda en 1994 ;
  • Rapport de Roberto GARRETON de 1998, a montré le meurtre et disparition de centaines des milliers de réfugiés HUTU (Rwandais et Burundais). Cette équipe onusienne a enquêté sur une quarantaine de site en RDC et faisait l’état de plus de deux cent mille (200.000) cadavres de réfugiés Rwandais ;
  • Rapport Mapping publié en octobre 2010 : ce rapport qualifie les crimes systématiques, méthodiques, et prémédités perpétrés par le FPR contre les Congolais et réfugiés HUTU (enfants, les femmes, les personnes âgées et les malades) de crimes contre l’humanité, crimes de guerre, voire de génocide ;
  • Refus de mener une enquête sérieuse de la part de la communauté internationale pour faire la lumière sur les vrais auteurs de l’assassinat crapuleux des présidents Juvénal HABYARIMANA du Rwanda, Cyprien NTARYAMIRA du Burundi, le 6 avril 1994. La déclaration de « non-lieu » par la justice française est une décision injuste et politique ; c’est une moquerie des membres de familles des disparus ;
  • Absence d’enquête sur les massacres commis en 1995 dans le camp de KIBEHO au Rwanda pourtant sous la protection des casques bleus de l’ONU.

La volonté délibérée de la communauté internationale de dissimuler la vérité sur les crimes commis par le FPR est un mépris flagrant pour le caractère sacré de la vie des victimes, ce qui témoigne d’une complicité tacite des certaines puissances dans ces événements malheureux qui ont endeuillé nos peuples et continue de porter atteinte à la stabilité dans nos pays.

LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS estime que la poursuite judiciaire de tous les responsables de ces actes ignobles est la meilleure voie pour éradiquer la culture d’impunité et adresser un signal fort à tous ceux qui seraient animés de mêmes intentions de voler le peuple son droit sacré a la vie. Une justice équitable constitue le seul salut pour tout pays aspirant à la stabilité et la cohésion sociale car les jugements qui seront rendus contribueront sans aucun doute à la réparation des dommages causés aux victimes de ces actes de violence.

Considérant que les réfugiés rwandais se comptent par milliers, à coté de leurs frères et sœurs Congolais, parmi les victimes des massacres commis par les soldats de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR) en RDC, LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS voudrait joindre sa voix à tous ceux qui réclament justice pour toutes les victimes de ces actes barbares du FPR. A cet égard, GVRR soutient la demande du Dr Denis MUKWEGE de voir tous ceux qui sont cités dans le rapport mapping à répondre de leurs actes devant un tribunal indépendant.

Convaincu que la solidarité entre les peuples est un atout majeur pour faire face aux desseins inavoués de tous ceux qui cherchent l’anéantissement et l’asservissement de nos peuples à travers des massacres répétitifs, LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS réitère son soutien à tous ceux qui fournissent des efforts inlassables pour que les rapports étouffés soient appliqués et que les crimes perpétrés par le FPR dans la région des Grands-Lacs soient jugés. Dans ce cadre citons : les associations Congolaises LUCHA, FILIMBI, Eveil Patriotique, Société Civile du Sud-Kivu, Société Civile du Nord-Kivu, CENCO, Union des Peuples Bantu (UPB), Honorable Martin FAYULU, Archevêque de BUNIA, Dieudonné ULINGI, Evêque MUKUNA, Maitre Claude KATENDE de l’association ASADHO, Mr Charles ONANA, Mme Judi REVER , Mme MASAKO, le prix Nobel Mr Adolfo Perez ESQUIVEL et autres défenseurs des droits de l’homme ainsi que les religieux qui ne cessent pas de réclamer ladite justice.

LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS lance un appel pressant à la communauté internationale de mettre définitivement fin à l’impunité qui règne dans la région des grands-lacs depuis octobre 1990 en cessant la protection accordée au régime arrogant et cruel de Kigali et mettre en application les conclusions des rapports ci-haut mentionnés afin que tous les coupables soient identifiés, poursuivis et tenus responsables de leurs crimes.

LA VOIX DES RÉFUGIÉS RWANDAIS invite tous les hommes et femmes épris de paix et de justice de par le monde, à emboiter le pas au prix Nobel de la Paix Dr Dennis MUKWEGE dans son effort de briser le cycle de violence à travers une justice équitable.

ENSEMBLE NOUS VAINCRONS !

Fait à Cape Town, le 3 septembre 2020

JMV Nyilimbilima, Président de GRR

Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *