RDC : des combats ont opposés les FARDC l’armée régulière et les rebelles soit disant du M23

ok
  • Views 3505
  • Rating 12345

Le M23 est de retour et sème la terreur dans l’est de la RDC. En 2013. Ce mouvement rebelle dirigé par le général Sultani Makenga, armé par le Rwanda et l’Uganda avait subi des revers lors des combats menés conjointement par les FARDC et la Brigade d’intervention rapide de la MONUSCO composée de soldats Tanzanien et Sud-Africain, après près d’un an et demi de guérilla.

De violents combats se sont déroulés depuis Mardi le 21 Juillet dans le territoire du Rutshuru à la lisière du parc national des Virunga dans la localité de Bwisha.

Des armes lourdes et légères se sont fait entendre.

Selon certaines sources le bilan fait état de 3 morts et de 1 blessé du côté de l’armée régulière.

Rien n’a encore été indiqué du côté des rebelles

L’armée quant à elle a reconnu l’attaque mais ne parle que d’un seul blessé dans ses rangs.

La majorité de ces rebelles se sont installés dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu depuis 2017

En mars 2017, l’armée congolaise avait déclaré avoir tué 20 rebelles du M23 et perdu deux soldats lors de combats survenus depuis le début de la même année. Depuis lors le mouvement n’avait plus fait parler de lui.

Pourquoi ce mouvement réapparait-il ?

Serait-ce une stratégie de Kigali visant à garder le contrôle dans l’est de la RDC et de continuer à semer le chao ?

Aux vues des récents évènements, tout porte à croire qu’il s’agit bien de cela.

En effet, n’ayant pas réussi à venir à bout des FDLR dans le délai accordé par Tshisekedi, l’armée Rwandaise RDF qui était présent officieusement sur les territoires de Rutshuru et Masisi a été priée de quitter les lieux.

Viennent s’ajouter les récents affrontements entre les différentes factions qui composaient le NDC Nduma, un groupe rebelle appuyé par Kigali.

Ces deux évènements viennent perturber de manière considérable les manouvres de Kigali.

La montée en puissance des M23 va permettre à Paul Kagamé de garder son influence dans ces territoires.

Reste à savoir si la brigade d’intervention de la MONUSCO appuiera encore un fois les FARDC comme en 2013 pour lutter contre ce mouvement considéré comme une force négative.

Néanmoins une autre hypothèse se pose celle de l’intégration du M23 dans l’armée régulière

En effet depuis les années 1996 le Rwanda n’a cessé d’armer et de financer des groupes rebelles pour déstabiliser la région.

Ces rebelles après des négociations se sont vus intégrer les FARDC et occuper des postes stratégiques principalement dans le but d’infiltrer l’armée Congolaise.

Nous pourrons citer: CNDP de Laurent Nkunda, RCD de Bosco Ntaganda

Sans parler des Kadogo de la première guerre du Congo qui mèneront à la chute du Marechal Mobutu en 1997

Seul le M 23 n’a pas réussi à intégrer les FARDC malgré les différentes tentatives de négociation et ce, en partie parce que ce mouvement avait été neutralisé.

Sa remontée en  puissance et l’occupation des certains territoires dans l’est de le RDC leur permettraient d’avoir une base de négociation et de pouvoir imposer leurs projets au gouvernement tant provincial que central.

En tous cas la vigilance devrait être de mise de la part des Congolais car l’armée de Paul Kagame (actuel président du Rwanda) soutient toujours les forces rebelles du M23 au Congo

Suivons cela de près,

MIGAMBI Sergueï.

Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *