ONU : L’étau se resserre autour du régime rwandais

title
  • Views 7329
  • Rating 12345

Après avoir manifesté beaucoup de mal à instaurer un climat de bon voisinage avec les pays limitrophes et avoir reçu des avertissements de certains pays de la région comme le Burundi et l’Ouganda, c’est au tour de la communauté internationale de hausser le ton envers le gouvernement de Kigali.

En effet, un groupe d’experts mandaté par l’ONU pour la RDC adresse chaque année, au moins un rapport au conseil de sécurité sur la situation sécuritaire du pays mais aussi de la région.

Comme évoqué dans un article précédant un rapport accablant sur le Rwanda était attendu en Juin 2020 (article). Ce rapport n’avait pourtant cité aucune exaction commise par l’armée Rwandaise RDF (Rwandan Defense Forces). Ce n’est que plus tard dans un autre rapport publié le 23 Décembre 2020 que le Rwanda sera pointé du doigt, cela sans doute dû aux vérifications qui étaient toujours en cours, car comme les experts l’affirment eux-mêmes ils ont dû s’entretenir avec 20 sources différentes (Lettre datée du 23 décembre 2020, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo page 12).

Certains des habitués des intrigues du FPR, commençaient à se dire que le lobbying qui lui a permis depuis plusieurs années d’échapper aux sanctions avaient encore une fois été mise en œuvre. Mais cette fois si des sanctions risques vraiment de tomber.

Pour ceux qui l’ignorent, des dizaines de milliers de réfugiés rwandais vivent encore dans l’est de la RDC, et depuis 1996 l’armée rwandaise ne cesse d’attaquer ces innocents civils (voir rapport mapping) massacres, pillages, viols et rapatriement forcé, des barbaries de tout genre leur sont infligées.

Mais les massacres les plus meurtriers qui ont été jamais enregistrés depuis des années ont eu lieu du 13 Avril jusqu’à mi – Mais 2020

En effet selon certains témoignages qui ont été confirmés par la société civil de Nyirangongo, très tôt dans la matinée du 13 Avril, des colonnes des troupes des RDF portant l’uniforme des militaires congolais (FARDC) en provenance de Kahunga tout près de Kiwanja, se sont dirigé vers Mabenga dans la zone de Rutshuru en province du Nord Kivu, où se trouve concentré un bon nombre de réfugiés hutus rwandais.

Elles se mirent alors à massacrer sans distinction, hommes, femmes, enfants et vieillards, tant réfugiés que congolais, tout en détruisant tout ce qui se trouvait sur leur chemin. Une centaine de maisons ont été incendiées, parfois avec des personnes à l’intérieur, selon plusieurs témoins rescapés des massacres de Kazaroho et aux environs.

Les zones qui ont été les plus touchées sont

Mayisafi, Kazaroho, Kirama, Kishishe, Kibirizi, Ngoloba, Bambou et Tongo.

Le Bilan des pertes et dégâts tant humains que matériels de cette randonnée meurtrière des RDF est très lourd :

Une centaine de personnes tués et décapités ainsi que des maisons brulées. Les images suivantes témoignent de l’ampleur des dégâts.

 

pic7 pic6 pic4 pic3.jpg pic2.jpg pic1

pic15 pic14 pic12 pic11jpg pic10

Certains corps ont été retrouvés bâillonnés, la plupart décapités. Preuve qu’il ne s’agit nullement des dommages collatéraux mais d’exécutions délibérés.

Parmi les corps identifiés par leurs proches on y retrouve : Ndagijimana Sylvestre, Uwintwari Mika, Mugwaneza Felicien, Museme Festus, Minani, Ngiyimbere, Butare, Twagirayezu Vincent, Gacaba,Mukamusoni Thérèse et Nyiracumi Anastasia.

Même si le chemin est encore long pour que justice soit rendu pour ces innocents, la dénonciation de ces crimes dans un rapport de l’ONU constitue une étape importante dans la lutte contre l’impunité, une impunité dont le régime de Kigali a toujours bénéficié sans raison valable.

Anastase RUGIRA

Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *