RWANDA : L’APPEL A UNION SACREE POUR COMBATTRE UN ENNEMI COMMUN.

4
  • Views 4770
  • Rating 12345

« Il est important pour tout être humain de marcher avec une
vision. Un homme sans vision est un homme sans objectif, sans
tableau de bord, sans priorité ».

Mes  épreuves  personnelles  m’ont  appris  une  valeur  de  la
souffrance, ne serait – ce que pour me sauver du découragement,
j’essaie de voir dans mes épreuves personnelles une occasion de
me dépasser moi-même et de guérir les gens pris dans la situation
tragique qui est la nôtre aujourd’hui.

Nous devons savoir que la souffrance fait partie de la vie. En
fin de compte la question est de savoir si nous avons le calme
intérieur  nécessaire  pour  faire  face  aux  épreuves  et
tribulations de la vie.

Aujourd’hui il faut nous livrer à une auto-analyse personnelle
visant à une auto purification. Chacun de nous doit se poser
une série de questions :
1-  Puis –je reconnaître une erreur dans ma vie ?
2-  Est-ce que je prends la décision qui me convient ?
3-  Est-ce que je suis fidèle à mon objectif ?
4-  Est-ce que je m’en tiens fermement à mes idéaux ?
5-  Est-ce que je détourne les hommes vers la bonne direction ?

Chers compatriotes, j’ai toujours souhaité apporter ma modeste
contribution, et je veux que tout le monde en fasse autant.
Il n’y a rien de plus tragique dans ce monde que de connaître
ce qui est bon et de ne pas le faire.

Que doit être le but de notre combat ?

Notre  politique,  notre  combat  doit  consister  à  préserver  la
sécurité de notre peuple (Rwandais) à assurer son existence et
à  favoriser  son  épanouissement  en  toute  liberté,  c’est  par
conséquent une question d’espace vitale. L’avenir de notre pays
dépendra donc extrêmement de la solution du problème posé par
ce besoin fondamental.

Où pourrons-nous obtenir le plus gros profit au moindre prix ?

Nulle part, car l’histoire de tous les temps avait prouvé que
l’épanouissement d’un peuple ne peut être réalisée qu’en prenant
des risques, les revers étant inévitables.

Rappelons-nous  nos  succès  et  déboires  depuis  octobre  1990
jusqu’aujourd’hui.

Soyons convaincu, comme une donnée de l’histoire, la révolution
n’a jamais progressée en ligne droite, il y a eu toujours des
pauses, des plongées, des virages et des méandres, mais les gens
ont fini par sortir de cette époque traumatisante pour entrer
dans la cité de l’accomplissement.

Quelles doivent être nos armes.

1)  La détermination

Les pires flammes de l’enfer sont ceux qui, au cœur d’une crise
morale cherchent à garder leur neutralité.

Moi je ne peux pas garder le silence.
La détermination demande toujours la patience. Il ne faut jamais
céder  à  un  simple  découragement,  souvenons-nous  avec  quelle
énergie  nos  aïeux  ont  lutté  pour  décrocher  la  démocratie  et
l’indépendance de notre pays, dans les années 60.

Cependant dans chaque lutte, il y a toujours des traitres et
des transfuges. Que les gens qui nous quittent pour se rallier
à Paul KAGAME ne nous ébranlent pas moralement. Nous devons nous
souvenir  que  nous  avons  derrière  un  passé  noble  et  riche
à défendre :
a.  La Révolution sociale de 1959 ;
b.  La Démocratie et la République ;

Nous avons un devoir d’empêcher :
– cet homicide culturel qui est la réécriture de l’histoire de
notre Pays qui s’opère depuis l’arrivée de FPR de Paul Kagamé,
jusqu’aujourd’hui.
– De stopper l’installation d’une dictature sanguinaire de Paul
Kagamé et l’instauration d’une monarchie sous une autre forme.

2)  Unité

L’unité est la force principale de tout mouvement de libération.
La  participation  en  âme  et  en  conscience  de  tout  un  chacun.
L’unité ne dit pas fortement s’aimer ou être frères ou amis.
L’unité signifie avoir une convergence aux intérêts communs du
mouvement.
Donc ne nous laissons pas entrainés dans les scissions et les
conflits.

Le  travail  à  accomplir  est  trop  grand,  les  jours  sont  très
radieux pour que nous nous chamaillons dans les maintes de la
jalousie, de la morne compétition et des rivalités internes.

Gare à ces opportunistes qui assoiffés d’argent et de pouvoir
qui  cherchent  à  diviser,  à  semer  la  zizanie,  la  haine,  la
calomnie et les diffamations au sein de notre mouvement (FDLR)
qui doit sauver l’âme de la région.

Ces opportunistes en mémoire courtes et inconscient, oublient
ce que Kigeli Mwami a dit aux Nations Unis dans les années 1959
et que Paul KAGAME a relaye sur les antennes de communication
internationales qu’ils n’ont aucun rapport de fraternité avec
les HUTUS, que leur point commun c’est le pays (le Rwanda).

3)  La Solidarité

Aucun mouvement de lutte ne peut aboutir à son objectif sans
que les uns et les autres n’apportent leurs édifices en pleine
confiance. Si le malheur a frappé tout un peuple, nous devons
conjuguer nos efforts du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest pour
s’en débarrasser.

Nous avons fait un très long chemin ensemble, nous avons chanté
trop d’hymnes du désespoir et il est temps d’entonner le refrain
de  l’espérance,  les  uns  les  autres  sans  exclusion  le  combat
contre les désunions doit être une affaire de tous. Combattons
le régionalisme, le népotisme (twirinde gukunda ibintu), sources
de discorde et de désorientation.

Le  «  nous  »  doit  remporter  sur  le  «  moi  »,  la  victoire
appartiendra à un peuple et non à un individu.

Après  400  années  d’oppression  et  d’asservissement,  on  aurait
voulu  que  notre  peuple  soit  aussi  ingénieux,  responsable  et
productif que les autres. Qui ne porte pas le poids d’un tel
passé ? La tâche semble insurmontable. Mais il est de moments
où il faut tenter l’impossible, où il faut aller de l’avant quoi
qu’il arrive. A bon entendeur !!!

4)  Le Sacrifice

Si l’homme n’a pas trouvé quelque chose qui vaut qu’on y sacrifie
sa vie, il ne mérite pas de vivre, et il n’est pas de rédemption
que  nous  pourrons  trouver  dans  un  mouvement  qui  doit  sauver
l’âme de la nation (FDLR).

Le sacrifice doit commencer par affirmer notre identité et nous
montrer  fier  de  notre  appartenance  à  un  groupe  et  de  notre
passer  dans  la  souffrance.  Il  y  a  eu  trop  de  morts,  trop  de
jours sombres. Mais nous aurons toujours le temps de prier sur
les tombes de ceux qui auront combattu pour la liberté.

Sans  amis,  sa  famille,  sans  foyer,  nous  devons  posséder  une
ébranlable confiance en nous dans cette mission noble dont nous
aurons été les dépositaires obligés.

Gen. Maj. Byiringiro

5)  Héroïsme

J’ai toujours pensé que la souffrance imméritée et le sacrifice
personnel  seront  rédempteurs.  Ces  leaders  des  FDLR  ont  connu
cette souffrance imméritée et le sacrifice personnel.

Victor  BYIRINGIRO  fut  le  dernier  homme  avec  le  feu  Colonel
NKUNDIYE qui ont quitté la vallée « SAKE » à 4 km de MUGUNGA en
protégeant  les  réfugiés  hutu  qui  fouillait  les  massacres
perpétrés  par  l’armée  de  Paul  KAGAME  (commandais  par  James
KABAREBE) à l’Est du Zaïre vers fin octobre 1996.

Toutes les collines surplombant cette vallée étaient occupées
par les artilleries lourdes rwandaises qui arrosaient la marée
humaines des réfugiés hutus rwandais. Dieu seul qui sait comment
il soit encore vivant.

Parmi  ces  opportunistes  inconscients  assoiffés  de  pouvoir  et
d’argent qui le calomnient aujourd’hui, certains étaient dans
le gouvernement de Paul KAGAME, les autres vivaient ou vivent
dans  l’opulence  en  occident  et  en  Afrique.  Ils suivaient  ses
spectacles sur les chaines du monde entier avec des verres de
champagne dans la main ou sur leurs tables devant la télévision.

Je  demande  à  ces  opportunistes  de  faire  une  rétrospection,
d’examiner  leurs consciences  avant de  détruire  ce  que Dieu  a
construit sur une vingtaine d’années.
A ceux qui sont encore fidèles à leurs objectifs et leurs idéaux
que le nom de tout un chacun de nous devienne un synonyme de
courage et d’espoir pour notre peuple.

Ne  cherchons  pas  la  célébrité  mais  elle  viendra  à  nous.
Identifions nous à Monsieur « EMERSON » quand il disait ceci :
« voyez comme la masse à trop vouloir réussir dans la vie, se
condamne à une tombe anonyme ; alors que de ci, de là, quelques
grands âmes sans égoïsme s’ouvrent par l’oubli de soi, le chemin
de l’immortalité ».

Si l’on donne sa vie à une cause à laquelle on croit, une cause
bonne et juste, la vie prend bien en conséquence.

Je sais que vous me demanderez combien de temps reste encore ?

Je vous répondrai :
Plus  difficile  que  soit  le  moment,  si  décevante  que  soit
l’heure,  ce  ne  sera  pas long  ;  car la  vérité, si  elle  a été
battue  dans  les  années  antérieures,  commence  à  se  révéler
aujourd’hui.  Combien  de  temps  ?  Pas  si  long,  parce  qu’aucun
mensonge ne peut subsister éternellement.

Seulement, le moyens doivent être purs que la fin recherchée,
et contiennent la souffrance ou la mort qui peut en résulter.

Ce  qui  est  évident  chaque  évènement  doit  être  pour  nous  un
nouveau départ, une nouvelle phase. Tout au long de notre lutte,
avec le passage du temps nous aurons l’impression d’un parchemin
qui  se  déploie    et  nous  découvrions  d’avantage  au  fur  et
à mesure que nous le déroulons.

Par conséquent, nous n’avons plus droit à l’erreur. Il nous faut
toujours des plans et des méthodes savamment réfléchies et au
moment opportun, Dieu désignera celui sui sera l’instrument de
ces plans et de ces intentions, l’histoire prendra fin ainsi.

L’union fait la force

De passage à Rome

Dr Jules MUHOZI

Souce: http://urugaga.org/L’APPEL A UNION SACREE POUR COMBATTRE UN ENNEMI COMMUN

Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

2 Responses to RWANDA : L’APPEL A UNION SACREE POUR COMBATTRE UN ENNEMI COMMUN.

  1. OUTSTANDING Post.thanks for share..more delay.

  2. L'Homme Libre dit :

    Ukuri kuzatsinda ikinyoma. Abagambanyi ntibateze na rimwe kuzatuma Rubanda ari yo FDLR – Urugaga itagera ku ntego yayo: « Kurinda impunzi z’Abanyarwanda ziri mu mashyamba y’iburasirazuba bwa RDC no kuzicyura mu cyubahiro mu gihugu cy’abasokuru ari cyo murage wacu twese, »URWANDA ».

    Ni yo mpamvu abakurikiye umugambanyi Wilson Irategeka bagombye gusubiza ubwenge ku gihe bakiyunga inzira zikigendwa n’Igihango « Urugaga- FDLR- Rubanda » bashatse gutandukira kuko nta muntu wigeze acamo amazi kabiri ngo bishoboke. FDLR ni Rubanda, Urugaga rwubatse ku Rutare, Urugaga ni Urutare.Urugaga ruyobowe n’Inararibonye (Sages) bavuka mu turere twose tw’Urwanda. Inararibonye zizi neza umuzi w’ikibazo cy’Urwanda, impamvu yatumye ishyano n’amakuba bigwira abanyarwanda. Intambara Urugaga rurwana ntiyoroshye isaba kumenya amateka, kuyasesengura no kuyavanamo isomo bityo ibyabaye ntibizongere kubaho ukundi.

    Izi Nararibonye (Sages) zemeye kumesa rumwe, zanze kunamira no kuba abagaragu b’umwanzi wa Rubanda, ariwe FPR-Inkotanyi na ba Mpatsibihugu batuvukije umurage wacu, zikwiye guhabwa icyubahiro no kuzishyigikira byimazeyo mu mugambi wo kugarura amahoro n’ubumwe mu banyarwanda ndetse n’akerere kose duherereyemo. Ninde utabona ko izi Nararibonye ari zo zituma ingoma ya FPR- Inkotanyi iyobowe na Ndaribwaribwa ari we Paul Kagome ihorana ubwoba budashira kuko bazi ko uko byamera kose, Rubanda izisubiza Igihugu bayambuye ku maherere. Rubanda igomba kumva ko Nyamuke izatsindwa kuko Demokarasi (Démocratie)igendera ku mahame y’uko amatora yigenga, asesuye, atabogamye ari yo nzira nyayo ikoreshwa mu kugena ubuyobozi: « Une personne, une voix ».

    Umwanzi rero, ntiyigeze yicara kuko azi ko yibye, yahuguje Rubanda Igihugu. Ntako atagize ngo agure Inararobonye (Sages) barangaje imbere Abacunguzi. Ariko yasanze ari gukubita inkoni ku Rutare kuko biyemeje kumesa rumwe. Yagize ngo bazamera nka ba Kanyarengwe, ba Bizimungu Pasteur, Sendashonga Seth, Rwarakabije, Ngendahimana… asanga yaribeshye.

    Nyuma umwanzi yaje gusanga yegereye abitwa ko ari abakiri bato mu Rugaga bafite inyota y’ubutegetsi byamworohera kubashuka akoresheje umugaragu w’inda nini Rukokoma. Nibwo iperereza ryaguye kuri col Wilson Irategeka. Nawe amaze kumva ibyo bamuteganyiriza yahise yemera ashaka n’abazabimufashamo yizeye. Ubwo col Hamada uyobora ingabo z’Abacunguzi mu majyepfo ya RDC (sud Kivu). Abo bagambanyi rero bemerewe amadorali no gufata neza imiryango yabo iri mu Rwanda. Kugira ngo bashobore kwigarurira bamwe mu Bacunguzi babemereye ko bazajya babahemba buri kwezi amadorali. Ibyo byatumye bamwe mu Bacunguzi bagwa muri rwagakoco y’abagambanyi.

    Icyihishe inyuma y’iki bise CNRD-Ubwiyunge ni uko mu by’ukuri ari inzira iganisha impunzi mu ibagiro rya DMI i Kigali. Ibyo bababeshya byose ngo bashaka kuzabacyura mu cyubahiro ni ikinyoma cyambaye ubusa. Kandi impunzi n’abanyarwanda bose bashaka ko haba impinduka ntiyakwitwaza ngo FDLR ntacyo yamariye impunzi mu myaka yose imaze izirinda. Ninde utazi ingufu za gisirikari, za politiki na diplomasi FPR-Kagame yakoresheje ngo itsembe ziriya mpunzi ariko Imana ikabereka ko Iyakaremye Ari yo Ikamena? Ninde utabona ko Col Wilson Irategeka ari gukorera umwanzi watumye aba ishyanga imyaka irenga 20? Ese yigeze abona aho urutugu rukura rukarenga ijosi? Ese yigeze abona aho impehe zigeze zigira icyo zigeraho? Kagame yashatse yanifuje ko Inararibonye (sages) bo mu Rugaga bakwicwa cg bagashikirizwa ubutabera bw’i Kigali cg ubwa ba Mpatsibibihugu biramunanira none, yahisemo kwifashisha ba Mutima Muke wo mu Rutiba, ba Barihima ba Mujinya, ba Bangamwabo ngo asenye Urugaga, Rubanda, Abacunguzi, biramunanira. Kagame yaravuze ngo araribwaribwa azarinda apfa aribwaribwa, ntateze kuzatsinda uru rugamba turwana. Ndagira inama impunzi zishobora kuba zarafashwe bugwate na Wilson Irategeka kwitandukanya na we kuko ni umugambanyi, ni ikirura cyitwikiriye uruhu rw’intama.

    FDLR irwanirira Rubanda,iharanira ukuri. Ukuri kuzatsinda ikinyoma, Rubanda izatsinda Inkotanyi. Ijoro ribara uwariraye. Aba bagambanyi ntibazatinda kubona ko bibeshye. Dushikame, Intsinzi iraharanirwa kandi ni ukuri turi hafi kusa ikivi kandi Imana ikunda ukuri, iri kumwe na twe. Tuyisenge kandi dukore inshingano twiyemeje.Duheshe icyubahiro Imana mu migambi yacu. Twibuke ko Dawidi yatsinze Goriyati kubera ko Imana yari ku ruhande rwe.

    URUGAGA, RUBANDA TUGOMBA GUTSINDA FPR INKOTANYI.

    Harakabaho Rubanda,
    Harakabaho Urugaga,
    Harakabaho Abacunguzi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *