0 5 minutes 4 mois

Par la voix de sa ministre des Affaires étrangères Hadja Lahbib, la Belgique demande au Président Tshisekedi de cesser toute collaboration avec les groupes d’autodéfense qualifiés souvent de force négative qui pourtant défendent vaillement la souveraineté de leur territoire. Pour la énième fois un pays d’Europe se montre plus préoccupé par les groupes locaux d’autodéfense que par l’agression d’un groupe armé soutenue par le Rwanda.
Cette demande plutôt maladroite intervient au moment où la guerre fait rage entre Kinshasa et le groupe rebelle M23 soutenue par Kigali et Kampala.

Ce mouvement rebelle se dit défenseur des populations Rwandophones Tutsi de l’est de la RDC qui seraient marginalisées persécutées par le reste des Congolais. Force est de constater qu’aucune menace n’a été proférée à leur encontre malgré le soutien que la plupart apportent aux rebelles.

En revanche, ce groupe ne cesse de commettre des atrocités sur les populations locales avec le même mode opératoire que le FPR lors de la guerre de conquête du Rwanda de 1990-1994 qui a abouti à la prise du pouvoir par ce dernier.
Viol des femmes, humiliation des hommes, intimidations, massacres systématiques des populations, tortures, … C’est ce qu’a subi la population Hutu au Rwanda dans les zones occupées par le FPR pendant la guerre 1990-1994 et même après la prise du pouvoir par ce dernier. Et c’est ce que subit la population Bantu à l’Est de la RDC depuis 28 ans à nos jours.

14 personnes civiles (Hutu Congolais) retrouvées mortes ligotées à Nyundo en Groupement de Busanza/Rutshuru le 9 Février 2024. Oeuvre des rebelles M23/RDF

Depuis la reprise des hostilités il y a déjà plus d’un an, le M23 soutenue par le FPR (Partie au pouvoir à Kigali et son armée RDF), est revenu avec plus d’agressivité, semblant jouer sa dernière carte en y mettant tout son zèle.
C’est en vain que Kinshasa ne cesse de rappeler à la Communauté Internationale de prendre ses responsabilités en demandant au Rwanda d’arrêter de soutenir ces rebelles du M23.
Mis à part quelques mises en garde reçues, Kigali n’a jamais été inquiété outre mesure.Au contraire, on demande à Kinshasa d’arrêter de soutenir des patriotes qui se battent pour leur propre patrie. Autant dire , vous n’avez le droit de vous défendre que sous certaines conditions, celles qu’on vous dictera.

L’hypocrisie occidentale et sa politique de deux poids deux mesures a toujours été de mise dans le conflit de la région des Grands Lacs ; sur ce coup l’Occident fait tomber le voile et montre son vrai visage une fois de plus. Pendant qu’un génocide est en train d’être commis envers les population Bantu, l’Occident se préoccupe de la façon dont Kinshasa défend la souveraineté de son territoire.
Il faut dire les choses telles qu’elles sont : par son inertie, la Communauté Internationale en particulier l’Occident, est en train de se rendre complice d’un génocide perpétré par mouvement M23/RDF contre les populations Bantu de l’Est de la RDC.
Ce que Kinshasa devrait comprendre c’est que cette impunité malicieusement entretenue a pour objectif, non seulement de créer un sentiment d’impuissance et forcer le peuple congolais à se soumettre, mais aussi de provoquer ce peuple afin de commettre l’irréparable en s’en prenant au Tutsi. Ce qui serait une aubaine pour le M23/RDF qui n’attend que ça pour conforter ses doléances.
Le narratif de « rédempteur des Tutsi » utilisé par le FPR pendant sa guerre au Rwanda a du mal à passer en RDC. Si cela venait à être démontré, le M23/RDF marquerait des points en diplomatie et en propagandes, domaines dans lesquels ils ont du mal à percer jusqu’ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *